Richard Coeur de Lion & La 3ème Croisade (1189 – 1192)


Présentation Notes Historiques Casting

Présentation :

Avec la fin de son mariage au roi des francs Louis VII, la belle Aliénor d’Aquitaine renonce de fait au titre de reine. Mais aussitôt remariée au fringant Henri Plantagenêt, voici qu’elle retrouve une couronne lorsque celui-ci reçoit en héritage l’Angleterre. La duchesse redevient reine, mais ce sont principalement sur les possessions continentales du couple qu’elle va, au côté de son mari, exercer le pouvoir comme rarement femme l’eut fait avant elle. Ce pouvoir et cette influence se déploient en Aquitaine, son pré-carré, mais également, lorsque Henri est occupé en Angleterre, en Anjou ou en Normandie. Devant cet empire des Plantagenêts, Louis VII doit bien se mordre les doigts d’avoir laissé partir cette épouse fantasque, et plus encore qu’elle ait ainsi apporté la riche Aquitaine sur un plateau à son plus dangereux adversaire et néanmoins vassal.

Au cours de la décennie suivante, Aliénor donnera 8 enfants à Henri. Le premier né, Guillaume, décédera peu après sa naissance. Suivront Henri dit “le jeune”, Mathilde, Richard, Geoffroy, Aliénor, Jeanne et enfin le petit dernier, Jean. Mais “avec le temps tout fout le camp”, et le couple le plus glamour d’occident finit par battre sérieusement de l’aile lorsque Henri s’amourache de la jeune Rosemonde. Aliénor, par vengeance, entreprend alors de saper les relations entre le père et ses fils, jusqu’à la guerre, amorçant ainsi malgré elle le déclin de cet empire éphémère.
Pour l’heure, après la mort de son frère ainé Henri le jeune puis celle de son père, c’est Richard, le fils préféré d’Aliénor qui recueille en héritage la totalité des possessions des Plantagenêt. Et pendant ce temps, en Terre Sainte, un homme réussi l’exploit de réunir sous son autorité l’ensemble des forces musulmanes et se lance dans une décisive reconquête.

Notes Historiques :

0’43” – “Et ce malgré ses 15 ans d’enfermements…”

Et oui mise aux fers pendant 15 ans par son propre mari. Elle avait du bien lui gâcher l’adultère, à Henri… Sa détention fut tout d’abord “soft”, à Chinon, puis ensuite dans des conditions bien plus dures en Angleterre, à Salisbury et dans d’autres lieux. Richard ne pu la faire libérer qu’après la mort d’Henri, une fois devenu lui-même roi. Pendant toute sa détention, Aliénor entretint une correspondance avec les plus grandes cours d’Europe, jouant de diplomatie et donnant conseils ici et là. Loin d’avoir été calmée par l’épreuve de la privation de libertée, elle ressorti de cette période plus forte et respectée que jamais.

 0’50” – La “belle Rosemonde”

De son vrai nom Rosemonde Clifford (1150-1176), Rosamund Clifford en anglais, cette superbe jeune femme mourut jeune, ce qui dévasta un Henri II très épris. Aliénor était déjà enfermée lors de la mort de Rosemonde, ce qui rend improbable la légende selon laquelle la reine l’aurait fait assassiner. Une autre médisance souvent reprise décrit Aliénor offrant à Rosemonde le choix entre un poignard ou le poison pour se donner la mort. Mais que voulez-vous : haters gonna hate…

1’56” – Adélaïde de France

Fille de Louis VII et de sa deuxième épouse Constance de Castille, Adelaïde, aussi appelée Adèle ou encore Alix (à ne pas confondre avec sa soeur Alix, seconde fille de Louis VII et Aliénor), fut promise à Richard le 6 janvier 1069, année érotique (ou pas). Le visuel d’Adelaïde provient du film de 1968 “Le Lion en Hiver”, de Anthony Harvey, dans lequel Peter O’Toole et Katharine Hepburn incarnent Henri et Aliénor. Le rôle d’Adélaïde (Alix dans le film) est tenu par Jane Merrow. On retrouve dans ce film Anthony Hopkins en Richard Coeur de Lion, et un tout jeune Timothy Dalton en Philippe Auguste !

2’53” – “… Lorsqu’à mes 14 ans je suis tombé gravement malade…”

A la suite d’une partie de chasse, le jeune Philippe s’est pommé au beau milieu de la forêt de Compiègne ! Passant la nuit a errer dans les bois, il aurait finit par tomber sur un charbonnier d’une taille gigantesque et d’un aspect effrayant. Frappé de terreur, il parvint toutefois à demander à être ramené d’urgence au château. Il y arriva en proie à une forte fièvre, très inquiétante, ce qui incita Louis a organiser ce voyage sur la tombe de Saint Thomas de Cantorbéry.

3’12” – “Becket, c’était plus une bavure qu’autre chose…”

Thomas Becket, fils de commerçants, devint un érudit respecté, ce qui fit qu’Henri le nomma Chancelier et lui confia l’éducation de son aîné Henri le Jeune. Après des années de collaboration à la tête de l’Angleterre, un conflit éclata entre le roi et son conseiller devenu archevêque au sujet des droits et prérogatives de l’église. Selon un récit incertain, c’est après avoir crié à la ronde devant ses chevaliers et sous l’emprise de la colère : “N’y aura-t-il personne pour me débarrasser de ce prêtre turbulent ?” que le roi aurait été pris au mot par certains de ses proches prompts à faire du zèle. Les gars se seraient aussitôt précipité dans la cathédrale de Cantorbéry (Canterbury en anglais) pour occire le pauvre Thomas.

4’11” – Vocabulaire de Saladin

Si beaucoup de ces mots viennent du perse, du sanskrit ou du grec, c’est via l’Arabe qu’il nous sont parvenus. Certains proviennent des croisades et de l’Espagne andalouse, notamment ceux relatifs à la bouffe, et ceux qui sont dans le registre de l’argot nous viennent de la période de l’Algérie française pour la plupart. Pour en savoir plus, tapez le mot suivi de “étymologie” dans un moteur de recherche, c’est très intéressant ce que l’on découvre.

5’16” – Hasard/Azahr : Fleur/coup de dé

Quel rapport entre le hasard, une fleur et un dé ? C’est simple : traditionnellement la face gagnante d’un dé était indiquée par la représentation d’une fleur.

9’25” – Guillaume le Maréchal, meilleur chevalier du monde

Cet homme, Normand et chevalier servant d’Aliénor de longue date, suivit Henri le Jeune dans sa révolte contre son père. Puis, à la mort de l’aîné des fils Plantagenêts, Guillaume parti deux ans en croisade. A son retour, le vieil Henri II, mettant de coté toute rancœur, le prit à son service. Grand jouteur, parmi les plus doués, vétéran de cinq batailles, il mourut en 1219. Lorsque la nouvelle de sa mort atteint la cour de Philippe Auguste, celui-ci leva son verre et porta un toast à son honneur devant ses hommes. Guillaume des Barres, l’autre grand chevalier de ce temps, reconnut alors et en toute humilité qu’il fallait voir en Guillaume le Maréchal “le meilleur chevalier du monde.

9’25” – “Il s’est assis et il est mort…”

C’est Guillaume le Maréchal qui lu à Henri la liste de tous ceux qui s’étaient ralliés à son ennemi le roi de France. Le nom de Jean-sans-Terres figurait au sommet de cette liste. Le roi fut pris de vertige, s’assit, et décéda dans la nuit.

10’22” – “Il nous a fait un Jeff Buckley”

Alors d’accord c’est pas très fin comme humour mais ce clin d’oeil est fait avec une vrai dévotion pour ce merveilleux auteur compositeur interprète disparu bien trop tôt dans les eaux du Mississippi. C’était il y a pile poil 20 ans.

11’18” – “… à qui il venait de dérober un piaf…”

Le piaf en question était un faucon, que Richard trouva dans la maison du paysan. Il entendit les cris de l’animal depuis la route et entra oklm dans la maison du gars pour se servir.

14’26” – “… d’avoir pratiqué la bougrerie…”

Autant les nuits avec Philippe dans le même lit peuvent tout à fait n’avoir à cette époque aucune implication d’ordre sexuel, autant cette cérémonie publique pour bougrerie atteste des pratiques homosexuelles de Richard. La bougrerie, ou sodomie, pourrait très bien être pratiquée avec des femmes, mais dans ce cas la pratique aurait difficilement justifié une cérémonie de flagellation. Par ailleurs notons que certaines sources attestent de pratiques similaires de la part d’Henri II avec de jeunes éphèbes.

15’07” – “… ce serait sympa si…”

Et oui, Richard a bel et bien fait cadeau de quelques navires à Philippe. ^^

16’19” – “Hyacinte Bobo”

Giacinto di Pietro di Bobone, de la famille Orsini, fut élu Pape en 1191. Ce Célestin III mourut en 1198, soit un peu moins de sept ans plus tard. Par rapport aux précédents Papes, c’est pas si mal. Mais c’est son successeur Innocent III, plus jeune et vigoureux, qui marqua particulièrement la papauté (on en reparlera dans un futur épisode de celui-là, et de son rapport aux Cathares !)

16’53” – “Guillaume des Barres”

Voici donc ce Guillaume des Barres, ici représenté sous le costume par la reconstitutrice Catherine Besson et prise en photo par Tina Anderlini pour le site Bouvines1214.org. Car oui, ce chevalier s’illustrera particulièrement quelques temps après la croisade lors de la grande bataille décisive de Philippe Auguste contre la coalition menée par Jean-sans-Terre. A noter que malgré ce petit accrochage entre Richard et Guillaume des Barres, ce dernier décidera de rester aux côtés du Coeur de Lion lorsque Philippe, son suzerain, quittera la Terre Sainte. Comme quoi ils s’étaient bel et bien réconcilié.

18’13” – Bérengère chantant en espagnol

Idéalement, au-delà de la blague sur les chansons de chez Disney, il aurait fallu faire chanter Bérengère en Navarrais ancien, la langue parlée à la cour de Pampelune (une langue semble t-il liée au basque). Mais le Castillan semble s’en approcher suffisamment, plus que le catalan en tout cas ! A noter que le navarrais (dans une forme plus moderne) est encore parlé de nos jours dans quelques villages reculées sur les flancs des Pyrénées.

18’51” – Isaac Doukas Comnène

A ne pas confondre avec Isaac II Ange, arrière petit fils d’Alexis Ier Comnène, et empereur Byzantin à la même époque.

19’09” – Prout… heu… “Troupt”

Ce qui signifie en gros “File” ou “Casse toi pauv’ con”.

24’00” – Naranj

Il s’agit ici de ce que l’on appelle les “oranges amères”. Les oranges que nous connaissons aujourd’hui, et qui viennent de Chine, portent un nom différent en arabe. Chez nous, elles ont hérité du nom attribué cette variété d’agrume plus ancienne, dite “amère”.

24’24” – Ce beau couple de Chérifs

En effet, aucun rapport a priori entre ce “chérif” et le “Shérif” anglophone qui viendrait lui du mot “Shire”, en français “comté”, vous savez, comme chez les Hobbits.

27’18” – “Zum tänzelnden Pony”

est la traduction allemande de la fameuse auberge du “Poney Fringant” (Prancing Pony en VO) de Bree, où les Hobbits rencontrent pour la première fois un certain Grand pas (Strider en VO)…^^

29’35” – Cette histoire de poêle à frire…

… figure bien dans certaines sources aussi improbable que cela puisse paraître !

29’53” – La tombe de Richard…

Richard demanda lui-même : ” Que mon corps soit enterré à Fontevrault , mon cœur dans ma cathédrale de Rouen (dans la crypte), quant à mes entrailles qu’elles restent à Châlus “. Du coup, son coeur, son cerveau et ses yeux sont dans la cathédrale de Rouen où l’on peut voir un tombeau, mais son corps (embaumé) est bien à Fontevraud. Voici un petit article là-dessus pour quelques détails de plus.

Casting :

Richard Ier “Cœur de Lion”Vincent Deniard
Philippe II “Auguste”Benjamin Brenière
Salâh ad-DînZinedine Soualem
Pape Clément IIIJean-Yves Duparc
Jeanne d’AngleterreClaudine Jacquemard
Bérengère de NavarreMallaurie Duffaud
Célestin III / l’assistant réalFrédéric Louarn
Fille d’Isaac Doukas ComnèneLucie Terreros
Robin des BoisSébastien Saillant

Sources principales :

“Richard Coeur de Lion, le roi-chevalier” de Jean Flori – Editions Payot et Rivages – 1999
“Richard Coeur de Lion” de Régine Pernoud – Fayard – 1988